Portrait du pape Pie VII – Jacques Louis David

Portrait du pape Pie VII   Jacques Louis David

Photo du peintre français Jacques Louis David “Portrait de Pie VII”. Portrait format 86 x 71 cm, huile sur toile. Pie VII – Comte Chiaramonti, originaire de Cesena, un parent et successeur de Pie VI. Pie VII à l’âge de seize ans a rejoint l’ordre bénédictin, était professeur et recteur du monastère de Saint-Calixte. Pie VI l’a nommé évêque et cardinal. Sélectionné comme pape par les cardinaux réunis à Venise, Pie VII revient à Rome, occupé par les troupes napolitaines.

Conduit par son secrétaire d’État, Consalvi, Pie VII a conclu un concordat avec Napoléon, qui a restauré

l’Église catholique en France, mais a dû reconnaître la sécularisation des biens de l’église, la nomination des évêques par le gouvernement et la soi-disant déclaration de 1682. Pie VII a conclu des concordats similaires avec les républiques italiennes et a reconnu la sécularisation des possessions spirituelles en Allemagne. Profitant du calme temporaire, il rétablit l’ordre jésuite en Sicile.

Espérant faire de nouvelles concessions à Napoléon, Pie VII accepte de venir à Paris et de couronner Napoléon empereur. Les moines de Napoléon ont admis, mais aucune autre concession au pape n’a été faite. Il y a des nouvelles que Napoléon a invité le pape à rester en France pour toujours, mais Pie VII a rejeté l’offre et est retourné à Rome.

Lorsque Napoléon a nommé son frère Joseph comme roi de Naples et a demandé que le pape rejoigne le système continental, Pie VII a protesté contre les deux mesures; Rome a été occupée par les troupes françaises, et peu de temps après, la région de l’Église a été annexée à la France. Pie VII, qui excommunia Napoléon de l’église, fut arrêté et conduit d’abord à Grenoble, puis à Savone, et enfin à Fontainebleau.

Au début, le pape a tenu bon et n’a pas reconnu les évêques nommés par Napoléon; mais l’arrestation est devenue plus dure, et coupée du monde, Pie VII a accepté de confirmer les évêques, de reconnaître tous les ordres de Napoléon et de rester en vie en France; en ce sens, un nouveau concordat a été conclu. Lorsque l’empire commença à approcher d’une chute, Pie VII renonça à toutes ses concessions et, sous les auspices des Alliés, retourna à Rome, après avoir récupéré les anciennes possessions, à l’exception d’Avignon.

Les gagnants ont commencé à considérer Pie VII comme l’un des piliers les plus importants du légitimité, et Pie VII a habilement profité de la nouvelle direction. En 1814, le pape Pie VII rétablit l’ordre des jésuites; Consalvi a conclu des concordances favorables à l’église avec la France, la Bavière et Naples et un accord avec la Prusse. Le plus grand échec de Pie VII à cette époque a été sa protestation stérile contre le Congrès de Vienne, qui n’a pas restauré les possessions spirituelles en Allemagne. Pie VII a fondé le Musée d’art Chiaramonti.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)