Persée et Andromède – Peter Rubens

Persée et Andromède   Peter Rubens

L’un des pics incontestables de la créativité a été la peinture “Persée et Andromède”. Rubens s’est tourné vers son monde bien-aimé de l’antiquité. L’intrigue de l’image est empruntée au poème d’Ovide “Métamorphoses”.

L’illustre héros grec Persée, fils du tonnerre Zeus et de la princesse Argos Danai, “la puissance du Gorgone à poils de serpent”, dont les yeux transformaient tous les êtres vivants en pierre, a une fois survolé la mer. Soudain, il a vu un rocher avec la fille du roi d’Ethiopie Kefei enchaînée à elle, la belle Andromède.

Elle était punie pour sa “langue maternelle”: sa mère, la reine Cassiopée, se vantait qu’Andromède était plus belle que toutes les nymphes de la mer, les filles du seigneur des mers de Poséidon.

Et en rachat de ces paroles impudentes, Andromède a été sacrifiée au monstre marin que Poséidon a envoyé à Kefeyevye Dol. Persée a été captivé par la merveilleuse beauté de la jeune fille. Dans une bataille acharnée, il a tué un monstre et libéré Andromède. La récompense de Persée a été l’amour de la belle princesse, et des parents reconnaissants l’ont volontiers offerte en mariage avec le héros. Mais les rebondissements de l’intrigue n’intéressaient guère Rubens.

L’artiste a cependant représenté des objets magiques sur la photo qui ont aidé Persée à vaincre Gorgone Méduse et à tuer le monstre marin: les sandales ailées sur les jambes de Persée lui ont été prêtées par le messager des dieux olympiques Hermès, l’épée en croissant sur la ceinture du héros, un bouclier miroir avec la tête coupée de la méduse Gorgone et le casque magique du seigneur du royaume des morts Hadès entre les mains de Cupidon.

Tous ces détails, ainsi que l’inclusion du cheval ailé Pegasus, issu du sang du Gorgon, sur lequel Persée a volé dans le royaume de Kefey, et le corps du monstre marin était nécessaire au peintre afin d’introduire le spectateur dans l’atmosphère d’un ancien conte de fées. Elle-même pour Rubens n’était qu’une occasion de chanter le sentiment humain terrestre et de créer un hymne envoûtant à la vie, à la jeunesse, à la beauté.

Dans le vol rapide de la déesse de la Gloire, couronnant Persée d’une couronne de laurier, dans les pas solennels du héros, les plis de la cape flottant derrière lui, dans tous les éléments de l’image, son rythme élevé et le système coloristique jubilatoire, l’ambiance de joie et de joie s’exprime, le thème de l’apothéose triomphante sonne proche de Rubens.

Mais pas ce thème, faisant écho aux lignes d’Ovide, décrivant comment, après la bataille, “les applaudissements et la clique ont rempli le rivage et la verrière des dieux dans le ciel…”, ce n’est pas l’héroïque de l’acte héroïque de Persée qui détermine le pathos de l’image. Son humeur est née de la juxtaposition, du contraste des sentiments de Persée – orageux, puissant – et de la joie silencieuse et tremblante d’Andromède; de la fusion de deux principes, s’efforçant l’un vers l’autre – fort, courageux et doux, tendre, féminin. Bien sûr, Rubens traite les sources anciennes assez librement et donne à la princesse éthiopienne les traits d’une beauté flamande rose, gonflée, blonde et blanche. Tout comme tissé de lumière et d’air, il apparaît à Persée, comme Aphrodite issue de l’écume marine.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)