Notre Dame avec le bébé sur le trône, entourée d’anges – Chenny Di Pepo

Notre Dame avec le bébé sur le trône, entourée danges   Chenny Di Pepo

Les œuvres uniques du début de la Renaissance sont présentées au Louvre avec une étonnante plénitude. Le directeur du musée Napoléon a recueilli cette collection inestimable, comme s’appelait alors le Louvre, le baron Vivan-Denon. Après la chute de Napoléon, la commission, destinée à restituer les tableaux toscans en Italie, ne les a pas exigés.

L’une des perles de cette collection était l’image de l’autel de l’église de San Francesco à Pise avec l’image de la Vierge sur le trône avec le bébé entouré d’anges. Cette aile d’autel remonte à la fin du XIIIe siècle.

Le tableau, qui est arrivé au Louvre en 1814, est très grand – le plus grand de la section de peinture du début de la Renaissance. Il reflète le plus clairement le passage du style byzantin qui prévalait à l’époque dans la peinture à cette fluidité particulière des lignes qui deviendrait une partie intégrante de l’art toscan.

Le célèbre historien de l’art Giorgio Vasari le considérait comme une œuvre de l’artiste toscan Cimabue, bien que la deuxième ceinture d’autel, maintenant à Florence, soit attribuée à Duccio, le double de Sienne de Cimabue, et soit considérée plus tard.

Cet autel ouvre dans l’art de la peinture ce nouveau type de travail qui porte l’empreinte de leurs créateurs. La mémoire d’une personne comme Cimabue était vivante trois siècles plus tard, lorsque Vasari a écrit une chronique de la Renaissance intitulée “Biographies des peintres, sculpteurs et architectes les plus célèbres”. Selon Vasari, Cimabue était très têtu, pour lequel il a reçu le surnom de “Bull Head”. Dans ses images, il y a toujours une tension spéciale, palpable dans les yeux ouverts et directs fixés sur nous.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)