Le sacrifice d’Abraham – Rembrandt Harmenszoon Van Rijn

Le sacrifice dAbraham   Rembrandt Harmenszoon Van Rijn

Peinture du peintre néerlandais Rembrandt van Rijn “Le sacrifice d’Abraham”. La taille de l’image est de 193 x 132 cm, huile sur toile. Abraham, patriarche de l’Ancien Testament et ancêtre du peuple juif, est né selon la Bible 2040 ans avant notre ère. Vivant au milieu du monde païen, Abraham a été le premier à reconnaître la supercherie de servir des idoles et à comprendre l’existence d’un Dieu unique, l’apôtre dont il est devenu.

Dans la vieillesse, lorsque sa femme Sarah avait 90 ans et Abraham avait 100 ans, leur fils Isaac est né, qui devait devenir l’héritier

direct d’Abraham et continuer le clan de la tribu juive. Dieu a fait une alliance avec Abraham avant la naissance d’Isaac, ayant établi le rite de la circoncision comme signe extérieur de cette alliance. Pour tester la puissance de la foi d’Abraham, Dieu lui a ordonné de sacrifier Isaac sur le mont Moriah.

Abraham n’hésita pas à obéir, mais au moment le plus décisif, quand Isaac était couché attaché sur l’autel et qu’Abraham avait déjà apporté un couteau pour percer son fils, l’ange le suspendit et sauva le garçon. Cet exploit d’Abraham sert aux Juifs comme un thème sans fin de souvenirs dans leurs prières, et pendant de nombreux siècles, l’image du sacrifice d’Isaac était un sujet favori dans l’église chrétienne pour le stuc et la peinture des artistes.

Au milieu des années 1630, Rembrandt a écrit de grandes compositions religieuses les unes après les autres, similaires à la dynamique et au pathétique de “Le sacrifice d’Abraham”, “Blinding Samson”, “La fête de Belshazzar” et des portraits de cérémonie. L’artiste est emporté par des images héroïques-dramatiques, des constructions spectaculaires vers l’extérieur, de magnifiques robes bizarres, des contrastes de lumière et d’ombre, des angles vifs. Rembrandt dépeint souvent Saskia et lui-même, jeune, heureux, plein de force.

Cependant, l’ère révolutionnaire hollandaise, rejetant depuis des temps immémoriaux le pouvoir salvateur présumé du pardon des péchés ou la confiance nouvellement proclamée dans la prédestination divine, a amené de nombreux Néerlandais et l’artiste Rembrandt van Rijn, y compris, dans la foi – des germes du doute, dans la connaissance dogmatique – la poursuite de la connaissance nouveau, dans le sens de la constance de la vie – la variabilité du monde; un homme ne peut pas être seulement bon ou mauvais, il peut être les deux à la fois, ils sont imprégnés des contradictions de la vie, il doit toujours prendre des décisions, se tester.

Avec un tel regard, le regard de Shakespeare, le regard de Goethe dans “Faust”, le réalisme de Rembrandt se retrouve au début de la carrière de l’artiste avec la bifurcation du monde environnant. Et déjà ici, dans le jeu de lumière et d’ombre nouvellement découvert et profondément perçu individuellement, une question sans cesse croissante se pose: de quoi est capable une personne?

Enfin, après sept ans, les intérêts picturaux du peintre historique passent des images vénérables de l’histoire aux victimes de son temps: dans son emploi du temps, Rembrandt observe spontanément des mendiants jetés aux poubelles de la société; L’art hollandais décrit l’image de ces arts privés depuis près de deux siècles, tandis que Rembrandt, dépassant la curiosité purement extérieure, révèle en eux un visage et une âme humains.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)