Le retour du fils prodigue – Rembrandt Harmenszoon Van Rijn

Le retour du fils prodigue   Rembrandt Harmenszoon Van Rijn

Photo du peintre néerlandais Rembrandt van Rijn “Le retour du fils prodigue”. La taille de l’image est de 262 x 205 cm, huile sur toile. De la collection parisienne du duc Antoine d’Ansezun en 1766. Utilisée à plusieurs reprises par Rembrandt dans la gravure, le dessin et la peinture, la parabole du fils prodigue est au centre de cette compréhension de l’humanité, qui s’incarne dans l’esprit du Sermon sur la montagne, avec sa dialectique poétique du péché et du repentir, la confiance en la confiance et en sauvant l’amour pour son prochain, avec son anti-dogmatique, éclatant avec force.

dans la vie, une solidarité vraiment créative.

Il n’est donc pas surprenant que cette parabole soit devenue le thème le plus proche de Rembrandt. Ce tableau, qui couronne sans aucun doute son œuvre et ses aspirations ultérieures, sur le retour repentant de son fils, sur le pardon désintéressé de son père, révèle clairement et de manière convaincante la profonde humanité de l’histoire. .

L’image est dominée par “une seule figure – le père, représenté devant, avec un large geste de bénédiction des mains, qu’il met presque symétriquement sur les épaules de son fils. Le même, représenté de dos, est à genoux devant son père, formant un groupe monumental, qui il pourrait être coulé dans le bronze. Nulle part avec un tel sentiment n’a pu se manifester la puissance humaine unificatrice des formes monumentales. odmyvaemaya puissant courant de l’humanité versé sur ce point, il semble, est si l’unité fermement soudé.

De la noble tête du père, de ses précieuses robes, nos yeux descendent jusqu’à la tonte de sa tête, le crâne criminel de son fils, à ses haillons accrochés au hasard à son corps, à la plante de ses jambes hardiment face au spectateur, bloquant son regard… Le groupe chavire à son sommet. Un père qui pose ses mains sur la chemise sale de son fils comme s’il exécutait un sacrement, choqué par la profondeur des sentiments, il devrait autant garder son fils que le tenir…

Des figures mineures de frères et sœurs sont également présentes sur la photo, mais ne participent pas à l’action. Ils ne sont qu’à la frontière de ce qui se passe, seuls des témoins muets enchantés, seulement le monde en danger environnant… “. Selon le chercheur Bob Haack, peut-être Rembrandt” n’a représenté ces figures que dans un croquis, et un autre artiste les a terminées “, dans la peinture du groupe principal, comme dans l’Épouse juive, forme et esprit inimitablement unis.

Tout ici est véritablement et hautement symbolique: en forme de bloc et en même temps instable à l’intérieur, versé d’un élément dans une autre unité des figures du père et du fils, cadre losange en forme de losange ressemblant à la tête d’un fils avec les mains du père, sondant le geste des mains de cet humain irremplaçable corps. “Tout ce que ces mains ont survécu – joies, souffrances, espoirs et peurs, tout ce qu’elles ont créé ou détruit, qu’elles ont aimé ou détesté, tout cela est exprimé dans cette étreinte silencieuse.” Et enfin, cette couleur rouge globale, de consolation et de pardon du manteau, le noyau sonore du “témoignage de l’humanité” de Rembrandt, cette trace durable d’une âme altruiste et humaine, cet appel à l’action, la couleur rouge de l’espoir, la lumière prometteuse de l’amour.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)