Le Christ jaune – Paul Gauguin

Le Christ jaune   Paul Gauguin

L’une des œuvres les plus controversées de Gauguin. Certains y voient une profonde réflexion philosophique du peintre, tandis que d’autres sont enclins à considérer l’auteur comme un saint patriarche qui a corrigé les sentiments religieux. Il y a aussi ceux qui attribuent cette œuvre avec une peinture similaire, “Green Christ” à une direction émergente telle que le symbolisme.

L’œuvre a été créée à Arles, où l’artiste aimait être, en admirant les paysages du village. En général, Gauguin n’avait pas de peinture religieuse, mais ces quelques œuvres liées à un degré

ou un autre de la religion se distinguent par un aspect non trivial et une incarnation innovante.

En regardant l’image “Yellow Christ”, la première chose qui attire votre attention est le décalage des héros qui entrent en conflit les uns avec les autres dans le même complot. Crucifié sur la croix, le Christ, dont le visage exprime ce degré de souffrance, alors que tout ce qui se passe semble déjà indifférent, est entouré de trois paysannes bretonnes, calmes et un peu détachées. Le paysage rural avec des champs verdoyants et des paysans travaillant sur des espaces ouverts amène la scène à une absurdité.

Comme déjà indiqué, la toile présentée est interprétée de différentes manières. L’une des interprétations dit que cette image était une tentative visuelle de Gauguin de prêter attention au problème religieux – la société a depuis longtemps oublié le grand sacrifice que le Christ a fait pour le bien de l’humanité tout entière. Les paysannes s’asseyent donc indifféremment autour de la croix avec le martyr mourant, les participants indifférents et apathiques de la scène tragique.

Non seulement l’intrigue était odieuse dans “Le Christ jaune” – Gauguin donne une nouvelle interprétation de la couleur. La couleur générale de l’image est jaune, tandis que l’arrière-plan et les caractères non seulement ne se comparent pas, mais fusionnent également. La couleur elle-même contredit ce qui se passe – or, paisible, joyeux, ensoleillé, c’est son peintre qui a choisi de créer une œuvre aussi complexe émotionnellement.

Le célèbre dramaturge et écrivain Octav Mirbo a parlé de l’image comme d’un mélange contradictoire de personnages gothiques, de sentiments catholiques, de méditation indienne et de solennité barbare.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)