Fille du Kirghizistan soviétique – Semyon Chuykov

Fille du Kirghizistan soviétique   Semyon Chuykov

La fille du Kirghizistan soviétique [1948] Dans un effort pour créer une image généralisée, l’artiste construit la composition sur les relations monumentales des grandes formes. Un horizon légèrement abaissé permet de montrer la silhouette d’une fille presque entièrement contre le ciel. Et parce que le spectateur regarde l’image comme si d’en bas, la silhouette fragile et mince acquiert un poids spécial, une monumentalité, une signification. Ceci est renforcé par une silhouette stricte et très solide, clairement dessinée sur un fond lisse d’un ciel clair.

Chuykov ne donne pas à son héroïne

des signes extérieurs d’émotion, d’exaltation romantique. Le spectateur ne verra pas de gestes spectaculaires ici. Au contraire, l’artiste construit l’image sur la retenue, la stricte simplicité, la concentration intérieure. Les filles kirghizes sont souvent frappées par la beauté orientale sophistiquée. Mais ici, l’artiste ne cède pas à la tentation de ravir, d’attirer le spectateur avec la beauté naturelle des traits du visage. Les yeux ronds, maigres et profonds de l’héroïne sont le visage le plus commun de l’héroïne, dont il y a des milliers dans les villages et les nomades du pays kirghize. Mais chez cette personne, le travail de la pensée est clairement palpable, mais les lèvres serrées et sans sourire, un regard ferme et direct donnent un caractère résolu et intégral. Les cheveux peignés en douceur ouvrent un front très net.

Une telle dignité calme ne peut être portée que par une personne qui a acquis le droit de choisir librement le chemin de sa vie. Avec l’œil d’un observateur extérieur, il serait impossible de découvrir ces traits d’un nouveau caractère national au quotidien, au quotidien. Il a fallu, étape par étape, pendant des décennies pour observer la vie des gens, voir comment progressivement, petit à petit, l’image d’une nouvelle personne se cristallise dans une telle force de conviction pour l’exprimer dans un tableau. Chuikov lui-même et le peuple kirghize ont emprunté cette voie difficile – de l’éveil aux premiers pas d’une vie libre indépendante. Il est né au Kirghizistan. Enfant, errant avec une boîte de contreplaqué faite maison avec de la peinture dans les montagnes du Kirghizistan, il a observé la vie des pauvres kirghizes. “Des yourtes en feutre, en lambeaux, fumées par la fumée de nombreux nomades”, se souvient l’artiste, “semblait-il consistait uniquement en patchs, et pourtant il y avait encore plus de trous dedans. Dormir en eux, je m’en souviens, je pouvais facilement contempler le ciel étoilé à travers un feutre troué. Les habitants de ces yourtes eux-mêmes étaient également en lambeaux, fuligineux et carbonisés par la fumée des incendies et la chaleur du soleil, comme leurs habitations, comme la terre autour d’eux. Des enfants nus ont presque fusionné en couleur avec le sol et le feutre. “

Portant ces souvenirs d’enfance dans son cœur, Chuikov avec une acuité particulière remarqua les changements joyeux dans la vie des gens qui s’étaient produits sous ses yeux. Il suffit de placer ces lignes à côté de l’image “Fille du Kirghizistan soviétique” pour ressentir l’inspiration de l’artiste lorsqu’il a créé cette œuvre. En règle générale, le travail direct de Chuikov sur la toile est toujours précédé d’un développement détaillé du concept dans des croquis et des études. Mais pour les “Filles du Kirghizistan soviétique”, il n’y avait presque pas de plan ni de croquis. Et c’est loin d’être accidentel. Progressivement, d’année en année, l’artiste est allé créer cette image généralisée et typique. Et beaucoup de ses œuvres finies, comme Girl with a Cotton, Girl with a Sunflower, Girl with a Book, – Ce sont certains jalons sur la voie de la création de l’image des “Filles du Kirghizistan soviétique”. Dans chacun d’eux, il y a des traits qui sont collectés, rassemblés dans cette image. Fait intéressant, l’artiste traduit souvent des images individuelles d’une de ses peintures à une autre. Mais jamais Chuikov ne se limite pas à une simple répétition de ce qu’il a trouvé: d’une peinture à une peinture, l’artiste, pour ainsi dire, peaufine, affine son caractère, le rend plus profond, plus multiforme.

Donc, dans “midi”, nous rencontrons presque la même fille que dans l’image “Fille avec une pastèque”. Il y a beaucoup de points communs en apparence, en caractère, même en composition, et entre “Fille avec une pastèque”, “Fille avec un livre” et “Fille du Kirghizistan soviétique”. Mais si, dans les deux premières lignes de la divulgation des personnages dans toute leur profondeur, elles ne sont que décrites et que les œuvres elles-mêmes sont de nature quelque peu sommaire, alors dans la dernière image est terminée, tout ce qui est aléatoire est rejeté, ce qui empêcherait le son monumental de l’image. Pour ce pic de son travail, l’artiste s’est approché pendant de nombreuses années. C’est pourquoi l’image avec une telle puissance manifestait les traits les plus caractéristiques de la vision artistique du monde, la méthode créative de Chuikov. Le système coloristique, la manière pittoresque de Chuikov sont inextricablement liés à la nature du design.

Le rapport de contraste des trois couleurs primaires de l’image – bleu, rouge et blanc – donne lieu à un sentiment de vivacité, de joie. Les tons lilas, argentés et nacrés créent une riche gamme dans la toile. Les transitions en noir et blanc sont résolues de manière inhabituellement pittoresque. L’artiste cherche à s’assurer que les couleurs sont combinées dans un son harmonieux. Pour harmoniser, pour fusionner des couleurs vives comme le blanc, le bleu, le rouge, le brun en un seul ton, le ton chaud général aide: la scène est comme enveloppée par l’air tremblant de la chaleur, et cette brume légère adoucit les contours, étouffe le son des couleurs. Par la force et la signification de l’image, par la richesse émotionnelle, l’excitation poétique et par la richesse picturale vivante, “La fille du Kirghizistan soviétique” devrait être attribuée non seulement aux meilleures œuvres de l’auteur. Elle est à juste titre incluse dans le fonds d’or de la peinture soviétique.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)