Épouse juive – Rembrandt Harmenszoon Van Rijn

Épouse juive   Rembrandt Harmenszoon Van Rijn

Peinture de l’artiste néerlandais Rembrandt van Rijn “La mariée juive”. La taille du tableau est de 121,5 x 166,5 cm, huile sur toile. “Rembrandt pourrait être différent s’il n’avait pas besoin d’être littéral, comme dans un portrait, quand il pouvait composer, être un poète, un créateur. Il apparaît dans l’image” La mariée juive “. Il a besoin de mourir plusieurs fois pour écrire comme ça”, ces des mots peuvent être appliqués à cette image. “On peut parler des peintures de Frans Halsy – il reste toujours sur terre, Rembrandt est tellement plongé

dans le mystère qu’il exprime quelque chose pour lequel aucune langue n’a de mots”, – a expliqué Vincent van Gogh à propos de cette photo.

Bien sûr, c’est une image de portrait, mais à qui? Peut-être le poète juif don Miguel de Barrios et sa femme, ou plutôt le fils de Rembrandt Titus et Magdalena van Loo? Ou l’orfèvre du maître Jan Lutma Jr. et de son épouse? Cette peinture est un portrait où les personnages jouent certains rôles, ils représentent le couple de l’Ancien Testament d’Isaac et Rebecca, qui se sont installés au pays des Philistins et ont fait semblant d’être frère et sœur par peur.

Mais un jour, “Abimélec, le roi des Philistins, regardant par la fenêtre, vit Isaac jouer avec Rébecca, sa femme”, après quoi il prit les deux sous sa protection. Le dessin antérieur de Rembrandt comprend également l’image du roi regardant par la fenêtre, tandis qu’un exemple du dessin était l’image de la même scène biblique de Raphaël dans la loggia du Vatican. Il est également possible que certaines influences des images traditionnelles – le motif de Jacob et Rachel – se soient reflétées dans cette image. Mais à quelle hauteur Rembrandt a élevé son interprétation, il est clair pour tout le monde que le mot du texte biblique “joué” ne signifie rien d’autre que la jouissance d’un jeu d’amour, et la composition de cette image est basée sur le fait que la mariée assise, “Rebecca”, jette sa jambe sur la cuisse de son mari.

Le tableau “La mariée juive” est le point culminant et final du désir de Rembrandt de combiner le spécial et l’universel. Il atteint son objectif de deux manières, il considère la vie environnante comme faisant partie de l’Ancien Testament et réduit les poses aléatoires, les gestes aléatoires aux motifs fermement ancrés et répétitifs de l’art méditerranéen. Comme dans tout chef-d’œuvre poétique, le mythe, son incarnation et son motif forment ici un tout unique. Rembrandt a dépeint un couple amoureux aléatoire à l’image d’Isaac et de Rebecca. Que le geste de la main soit traditionnel pour les fiançailles juives ou non, cette peinture est un symbole persuasif d’une communauté préservée transférée de l’Antiquité, une peinture sanctifiée par le sentiment de Rembrandt, qui est l’une des peintures spectaculaires du monde. “

Cette image est un triomphe incomparable de la peinture de Rembrandt, les couleurs rouge flamant et or ensoleillé appliquées par un couteau à palette, le long desquelles courent des éclats vert bronze, se démarquent de son monde de couleurs inutile. Cette image est un ravissement pour l’œil, plein de “mouvement le plus grand et le plus naturel”, qui sonne un hymne passionné et ardent à tous les êtres vivants.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)