Carrés italiens dans les peintures – Giorgio de Chirico

Carrés italiens dans les peintures   Giorgio de Chirico

En 1912-1913, de Chirico a créé plusieurs peintures représentant des places typiques de la ville italienne. Pendant cette période, de Chirico a essayé de comprendre philosophiquement la réalité environnante, il était occupé par des puzzles, des secrets, du mysticisme.

Le peintre se réfère au thème de l’antiquité, pour illustrer les dispositions de la philosophie nietzschéenne. Sur les places du désert, le maître dépeint souvent une statue d’Ariane – symbole de tristesse et de mélancolie.

En suivant strictement la tradition picturale européenne, de Chirico apporte en même temps à ses toiles

de nouveaux éléments personnels, ainsi que des solutions formelles formelles inhérentes à lui. Sur les toiles, la statue d’Ariane est entourée de galeries désertes. Le motif de la voûte, répété plusieurs fois et passant d’une image à l’autre, fait aussi partie intégrante du système de symboles de Chirico que l’image de la tour.

Un train avec un petit train sur lequel circule de la fumée laisse entrevoir une collision de l’intrigue du mythe d’Ariane. Place d’Italie: Mélancolie – Giorgio de Chirico Dans le tableau “Place d’Italie: Mélancolie”, la composition est construite à partir des ombres des éléments architecturaux de la statue d’Ariane. Un fond saturé de tons est encore accentué par la présence du train. Cette image symbolise Thésée, qu’Ariane amoureuse a aidé à sortir du Labyrinthe à l’aide d’une boule magique… Ariane est inconsolable dans son désir ardent pour son amant qui l’a irrévocablement quittée.

La bande horizontale de la lumière du jour sortante aggrave l’humeur triste de la composition. Place d’Italia – Giorgio de Chirico “Place d’Italia”, créée un an plus tard et conservée à la Toronto Art Gallery, se distingue de l’œuvre précédente par une couleur gaie et lumineuse. Statue silencieuse d’Ariane – de Chirico Dans le tableau “Statue silencieuse d’Ariane” relatif à la même période, le jeu de l’ombre et de la lumière est activement utilisé… L’artiste se tourne vers de nouvelles méthodes picturales. Coins pointus, quelques statues schématiques suggèrent l’influence de Picasso. La composition elle-même est également nouvelle et inhabituelle – le premier plan est assombri, comme délibérément, superposé artificiellement sur le fond. Cette ombre attire le regard, puis elle semble se glisser dans la profondeur de l’image sous une lumière vive.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)