Athena Pallas et le centaure – Sandro Botticelli

Athena Pallas et le centaure   Sandro Botticelli

Le tableau “Athéna Pallas et le centaure” ou “Minerve et le centaure” a été peint pour Giovanni Pierfranchesko Medici et était à la Villa Castello, avec “Printemps” et “La naissance de Vénus”.

Auparavant, l’image a vu une allégorie politique consacrée à la perspicacité et à l’art de Lorenzo le Magnifique dans les affaires de la diplomatie. On croyait que Pallas personnifiait la victoire des Médicis sur les conspirateurs ou le succès dans l’opposition aux plans agressifs du roi napolitain. La base d’une telle interprétation était les emblèmes médicaux

qui brodaient la robe de la déesse. Cependant, il n’y a aucune autre preuve de cette hypothèse. Dans la seconde moitié du XVe siècle, il n’y avait pas de tradition d’écrire des allégories politiques de ce type. Il est plus légitime de voir une orientation morale dans l’allégorie.

Il est basé sur l’idée de Ficin sur la dualité de la nature humaine, combinant le principe animal en lui-même, lié à la vie du corps, et la sphère de l’esprit et de l’esprit, aspirant vers le haut pour atteindre la sagesse céleste. Et seule la miséricorde divine nous permet de vaincre le tourment de l’âme languissant dans les chaînes du corps.

Représentant un centaure, l’artiste a utilisé un prototype antique spécifique – la figure du sarcophage, qui est maintenant conservée au Musée du Vatican. Dans le même temps, le tableau se distingue des monuments anciens par le fait que l’artiste n’a pas représenté la bataille physique de Minerve et du centaure – la “centauromachie”, mais la “psychomachie”.

Chez Botticelli, le centaure incarne la connexion en l’homme du bas et du haut. L’arc et les flèches dans ses mains indiquent des passions animales, mais l’artiste a donné au visage du Centaure l’expression d’une profonde souffrance inhérente aux saints dans ses peintures.

Au lieu d’Athéna la Pallas du guerrier, qui depuis l’époque de l’Antiquité, il était habituel de représenter avec un casque, une carapace et un bouclier, avec la tête de Méduse la Gorgone, Botticelli dépeint “Minerve le pacifique”, dont les attributs – une lance et une branche de prune – symbolisent la vertu. Dans l’interprétation de Pallas, Botticelli suit également le modèle classique, mais dans cette figure il y a une ressemblance notable avec un saint chrétien.

Les harmoniques néoplatoniques correspondent également au paysage, composé de falaises sombres et de distances enchanteresses.

Il existe un certain nombre d’interprétations allégoriques de ce travail. Il a vu la victoire de Lorenzo le Magnifique sur Naples, la victoire des Médicis sur les Pazzi, la combinaison des passions et de la sagesse à Lorenzo. Il y a aussi une interprétation plus large de cela comme la victoire de la sagesse sur les passions, qui a été discutée dans le cercle des Médicis. Une compréhension de l’image a été proposée comme une victoire générale des forces de paix sur les forces de destruction. Dans ce cas, son contenu est proche du contenu de l’image “Vénus et Mars”.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)